La valorisation des produits pastoraux dans les arrière-pays méditerranéens, entre mythe et réalité.

Sous-titre Le cas de la laine de mouton dans les Matmata (Sud-Est tunisien)
Auteur.e.s
NumerosImpromptus
  • #05
Résumé La laine est un produit pastoral qui a été utilisé de manière artisanale dans la plupart des régions tunisiennes spécialisées dans l’élevage ovin, pour répondre aux besoins familiaux en habits et en couvertures. Cet usage a pris des formes et des outputs spécifiques ce qui a permis parfois de révéler une identité locale, comme par exemple dans les Matmata. Il s’en est suivi une tradition de commercialisation des produits issus de la laine. Cependant, depuis 2011 date de la révolution tunisienne, cette activité a été victime d’une conjoncture politique et économique défavorable. Afin d’étudier cette situation, une trentaine d’enquêtes ont été réalisées auprès des familles des jebels Matmata qui exploitent la laine et commercialisent ses produits. Ces enquêtes ont été par la suite complétées par une vingtaine d’entretiens réalisés auprès des acteurs locaux intervenant dans la commercialisation des tapis. Ce travail a permis de différencier entre une première activité de tissage que nous appelons « formelle » et qui concerne uniquement le tissage du tapis. Elle est soutenue par l’État de l’amont à l’aval, même si elle concerne très peu de femmes faute de moyens et d’écoulement des produits sur le marché. La deuxième activité est « marginalisée » par l’Etat et concerne tous les autres produits issus de la laine comme les habits et les couvertures et est pratiquée avec plus ou moins d’intensité par a majorité des femmes de la région. Dans les deux cas, nos enquêtes ont permis de se rendre compte de l’amère réalité économique de cette activité depuis 2011. Plusieurs femmes à Béni Khédache ont fermé leurs ateliers auparavant prospères, des commerçants à Djerba ont changé de métier. Ce secteur considéré jusqu’il n’y a pas longtemps comme un moteur de développement local, se trouve aujourd’hui dans une vraie crise.
Abstract Wool is a pastoral product that has been used in an artisanal way in most Tunisian regions specialized in sheep farming, to meet family needs in clothes and blankets. This exploitation of wool has taken some specific forms and outputs, which has sometimes made it possible to reveal a local identity; such as in the Matmata mountains. However, and since 2011, the date of the Tunisian revolution, this activity has been the victim of an unfavorable political and economic circumstance. In order to study this situation, around thirty surveys were carried out among the families of the Matmata Mountains who exploit the wool and market its products. These surveys were then supplemented by around twenty interviews with local actors involved in the marketing of carpets. This work made it possible to differentiate between a first weaving activity that we call «formal» and which concerns only the weaving of the carpet. It is highly supported by the Government, but concerns very few women register due to lack of economical means and the flow of products on the market. The second activity is «marginalized» by the Government and concerns all other wool products such as clothes and blankets, and is implemented with more or less intensity by most of women pf the region. In both cases, our surveys have revealed the hard economic reality of this activity since 2011. Several women in Beni Khédache have closed their once prosperous workshops, while Djerba traders in Djerba have changed their trade. This sector, considered until recently as a locomotive of local development, is today in a real crisis.
Année de publication 2019
Discipline
  • Géographie
Fichier : impromptus-5-10-r.pdf Télécharger