Les riches sont-ils invulnérables ? Le cas des vulnérabilités socio-environnementales

Auteur.e.s
NumerosImpromptus
  • #06
Résumé À partir des grilles d’analyse de la sociologie de l’environnement et des risques, cet article propose de mettre à l’épreuve le postulat de « l’invulnérabilité des riches ». Pour ce faire, une mise en regard est opérée entre deux courants théoriques en tension, le cadre d’analyse de la « justice environnementale » et celui de la « société du risque ». Le premier rend compte de la prédominance de situations de cumuls et le second de non-cumuls, entre l’exposition aux risques environnementaux et les vulnérabilités sociales des individus. La discussion revient tout d’abord sur les contextes d’émergence des théories de la justice environnementale et de la société du risque, respectivement en Amérique du nord et en Europe. Ce chapitre interroge les possibles effets d’occultation épistémique et/ou de spécificités territoriales sur la genèse de ces grilles de lecture des vulnérabilités. Puis, la notion de vulnérabilités socio-environnementales est proposée pour se donner les moyens de davantage prendre en compte la possible pluralité des configurations de terrain. Enfin, cette proposition est mise à l’épreuve de plusieurs retours d’expérience de terrain, mobilisant des résultats de recherches interdisciplinaires menées en France hexagonale et ultramarine, sur les littoraux méditerranéens et antillais.
Abstract Based on the risk and environmental sociology perspective, this article intends to test “the invulnerability of wealthy people” assumption. To do so, two potentially opposed theoretical frameworks are put in perspective, the “Environmental Justice” framework and the “Risk Society” framework. The first one focuses on the prevalence of combined environmental and social vulnerabilities, whereas the second one underlines a split between environmental and social vulnerabilities. First, the discussion highlights the contexts in which the two frameworks have appeared, respectively in North America and Europe. Possible epistemic concealments and territorial specificities regarding the rise of these two frameworks are questioned. Then, we suggest the use of the notion of “socio-environmental vulnerability” in order to take into account the diversity of situations observed in the field. Finally, this concept is tested with feedback from research programs led in mainland and overseas French territories, focusing on the Mediterranean and Caribbean seasides.
Année de publication 2020
Discipline
  • Sociologie
Fichier : impromptus-6-8-r.pdf Télécharger